12.03.2021

Gaia-X – un écosystème numérique pour l’Europe

Gaia-X, également appelé le Cloud européen, devrait offrir aux fournisseurs de service informatique en cloud une alternative de confiance aux dominants des États Unis et de la Chine. Déjà en 2019 le ministre fédéral allemand de l'économie présentait le projet cloud au public. À ce jour le projet est peu connu : Le résultat d’une étude de l’institut de l’économie allemande indique que seulement six pour cent des 500 entreprises interrogées connaissent Gaia-X.

Réponse sur Google & Co.

Actuellement, le marché est dominé par des fournisseurs de service informatique en cloud tels que Google, Microsoft ou Amazon. Leurs clients cloud, des moyennes entreprises, ont leur liberté d’action limitée par exemple par des obstacles lors de la migration de données à un autre fournisseur de service informatique (appelés effets de verrouillage). Gaia-X devrait contourner ce problème avec une infrastructure de données interconnectée, ouverte sur la base des valeurs européennes. Cette infrastructure garantit un contrôle complet des données sauvegardées et traitées et crée un écosystème numérique qui encourage des produits et des modèles de gestion innovants. Sur cette base, les entreprises européennes devraient être en mesure d'être compétitives à l'avenir.

Pour aller dans le sens de cette idée, les entreprises mettent déjà sur pied des coopérations. Ainsi, le fournisseur de service informatique de cloud suisse Ventus Cloud AG met à disposition de ses clients dans l’environnement cloud public une solution européen sur la base des technologies en source ouverte. Dans le cadre de l’offre de cloud privé une coopération avec Datwyler IT Infra a eu pour résultat : Avec des mini-centres de données modulaires – des solutions d’infrastructure TI plug-and-play complètement prémontées de Datwyler – les clients de Ventus peuvent gérer leur cloud privé de manière sûre, évolutive et économique.

Les données restent dans les centres de données

En juillet 2020, le projet Gaia-X peut faire un grand bond en avant pour la protection des données : Un récent arrêt de la Cour de justice des Communautés européennes indique que le règlement général sur la protection des données est valable pour l'ensemble de l'Union Européenne. Il stipule que les données personnelles ne doivent être transmises à un état tiers que si le pays correspondant garantit une protection adéquate pour ces données. Ceci n’est pas prévu dans la loi Cloud Act des États Unis.

Finalement, il s’agit pour les architectes de la nouvelle infrastructure de cloud d’opposer leur propre écosystème à la sphère technique américaine et chinoise – et d’éviter que les européens doivent se décider pour un des deux mondes numériques. C’est que l’Europe est tombée dans une dépendance technologique qui est devenue une menace pour sa propre souveraineté et la richesse à l’avenir : L’Europe est à la traîne des États Unis et de la Chine pour le développement des services numériques.